Top
Récupérer l’eau de pluie : pourquoi et comment ? – simplement•maison
fade
4550
post-template-default,single,single-post,postid-4550,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive

Récupérer l’eau de pluie : pourquoi et comment ?

Le climat connait des changements qui entraînent des alternances de périodes de fortes sécheresse et de pluies abondantes. Récupérer l’eau de pluie, ressource naturelle et précieuse peut s’avérer être une bonne solution pour la planète mais aussi pour réduire vos factures : une solution écologique et économique.

 

Sachant que chaque Français consomme en moyenne 150 litres d’eau par jour, un foyer de 4 personnes collectant l’eau de pluie pourrait économiser jusqu’à 44 % de sa consommation d’eau potable (source Ifep).
Alors comment récupérer, stocker et utiliser l’eau de pluie ? On vous dit tout.

 

 

Pourquoi récupérer l’eau de pluie ?

 

D’une façon générale, l’eau de pluie récupérée peut servir à tous les usages qui ne nécessitent pas d’eau potable que ce soit à la maison ou au jardin. Les eaux pluviales présentent une faible minéralisation et un pH légèrement acide.

L’eau de pluie peut servir à des usages extérieurs comme domestiques : arroser votre jardin et vos plantes d’intérieur, laver votre voiture, remplir votre piscine mais aussi pour la chasse d’eau des toilettes ou la machine à laver.

Cependant, si le principe de la récupération d’eau est simple, il vaut mieux bien identifier ses besoins et les possibilités qu’offre votre habitat avant de choisir son réservoir et vous lancer dans l’installation d’un système de récupération d‘eau de pluie.

 

Quantité récupérée et besoin en eau de pluie

 

Avant d’installer une cuve, il est important de déterminer ses besoins. Il est donc interessant de connaître la quantité d’eau nécessaire pour l’usage que vous souhaitez en faire.

Il faut compter environ :
– 200 litres d’eau pour laver votre voiture
– 17 litres/m² pour arroser votre jardin
– 120 litres d’eau pour faire fonctionner votre machine à laver
– 11 litres d’eau pour la chasse d’eau de vos WC.

 

Ensuite, pour calculer le volume d’eau que vous pouvez récupérer, on doit estimer le volume d’eau récupérable en fonction de trois facteurs : la pluviométrie de votre région, la surface et le type de votre toiture.

Le calcul est le suivant : a x b x coefficient de perte.

Par exemple, 1000 mm x 150 m² x 0,9 = 135 000 litres potentiels de récupération d’eau de pluie par an. Les coefficients de perte (évaporation) sont de 0,9 pour un toit en tuiles, 0,8 pour un toit ondulé et 0,6 pour un toit plat. Pour connaitre la pluviométrie de votre lieu d’habitation, consultez les sites spécialisés tels que www.meteo.fr ou www.meteociel.fr .

Prévoyez également l’installation d’un trop plein au cas où votre cuve soit pleine. La plupart des cuves en sont munies.

 

Comment récupérer l’eau de pluie ?

Il  existe une grande variété de récupérateurs d’eau, avec des litrages différents selon vos besoins. Le récupérateur d’eau de pluie permet de stocker les eaux pluviales. La capacité d’un récupérateur peut aller de 200 à 10 000 litres selon les modèles. La pluie qui tombe sur le toit de la maison est canalisée par les gouttières, qui sont directement reliées à la cuve grâce à un collecteur d’eau.

Ainsi, pour votre jardin, une cuve extérieure suffira. Les contenances peuvent varier de 200 à 2000 litres selon le modèle.

Pour les usages domestiques, vous pouvez opter pour une cuve à très gros litrage enterrée. Ces cuves peuvent contenir jusqu’à 10 000 litres, et sont munies d’une pompe qui permet d’amener l’eau jusque dans votre maison.

 

Préférez l’utilisation de gouttière en PVC, en zinc ou en faïence. Les toits en ardoise ou en tuiles permettent de récupérer une eau plus pure que les revêtements en aluminium, en goudron, et en matériaux synthétiques. N’oubliez pas de placer une grille de protection sur vos gouttières afin d’éviter l’introduction de feuilles ou d’insectes dans les descentes reliées au récupérateur. Enfin, pensez à nettoyer vos gouttières deux fois par an.

 

 

Cuve aérienne

 

De faible volume (200 à 2000 litres), préférez un dispositif de stockage aérien pour l’arrosage de votre jardin et le nettoyage de votre voiture. Son installation est rapide et plutôt facile. Il suffit de raccorder la cuve à la descente (gouttière). Elle constitue la solution la plus économique et la plus pratique pour un usage extérieur.

Toutefois, le seul réservoir d’eau ne suffit pas pour récupérer l’eau de pluie. L’usage de quelques accessoires très pratiques vous faciliteront la vie. Vous pouvez installer des filets à vos gouttières afin d ‘empêcher le passage de feuilles et débris végétaux. Idem pour le collecteur dans votre descente.Vous pouvez aussi utiliser un indicateur de niveau d’eau afin de savoir quelle quantité d’eau exacte est contenue dans votre réservoir, sans avoir à l’ouvrir !

 

Gamm Vert

Leroy Merlin

Cuve enterrée

 

L’installation d’une cuve enterrée est obligatoire lorsqu’il s’agit d’un usage mixte, c’est-à-dire extérieur et intérieur à la maison. Il en existe allant de 2 500 à 10 000 litres, avec une moyenne de 5 000 litres.
Son installation impose des travaux de terrassement et de plomberie pour la mise en œuvre d’un réseau d’eau de pluie bien distinct de celui domestique. La cuve est à l’abri du gel et de la lumières, son étanchéité est donc garantie. Une cuve enterrée est invisible, donc elle ne dénaturera pas votre extérieur.

A noter que les deux réseaux d’eau (potable et non potable) doivent être indépendants. La loi interdit d’installer des robinets distribuant des eaux de qualité différente dans une même pièce (sauf dans une acve, un sous-sol ou une dépendance). Cependant le réseau d’eau de pluie doit être repéré de façon explicite par des pictogrammes « eau non potable » (affichés sur les vannes et les appareils).

Les cuves enterrées peuvent être en béton, en polyester ou polyéthylène, ou souple ne PVC.

  • En béton, elles sont ultra-résistantes et ce matériau neutralise l’acidité naturelle de l’eau de pluie. Néanmoins, son installation requiert une accessibilité du terrain car son poids nécessite l’intervention d’un engin de levage.
  • En polyester ou polyéthylène, les cuves sont plus légères, donc plus faciles à installer. Elles sont stables et solides mais peuvent durer moins dans le temps.
  • Les cuves souples autoportantes en PVC s’installent sous des terrasses ou dans un vide sanitaire. Elles résistent au gel aussi, sont plus écologiques (100% recyclables). Souples, elles se déplacent et se vident facilement. Mais leur durée de vie est plus courte.

 

La législation

 

Attention, la récupération et l’utilisation de l’eau de pluie sont soumises à la législation en France (l’arrêté du 21 août 2008, publié au JO n°0201 du 29 août 2008) parce qu’elle « ne respectent pas les limites de qualité réglementaires définies pour l’eau potable et peuvent contenir des micro-organismes pathogènes ».

Donc d’après la loi:

  • L’eau de pluie collectée sur les toitures ne peut être utilisée que pour les usages domestiques extérieurs au bâtiment, pour les toilettes, et le lavage des sols à l’intérieur.
  • Dans les habitations, la présence de robinets distribuant des eaux de qualité différentes est interdite dans une même pièce (sauf cave, sous-sol et dépendance).
  • Les canalisations doivent comporter la mention « eau non potable ».

Les équipements de récupération d’eau de pluie doivent être régulièrement entretenus.

Si les eaux récupérées sont utilisées et envoyées vers les égouts, une déclaration doit être faite à la mairie, et il faut payer une taxe d’assainissement.

 

Coût d’installation

 

  • Pour l’installation d’une cuve aérienne comptez un budget de 40€ pour des cuves à partir de 200litres. Environ 300€ pour 1000 litres.
  • Pour l’installation (achat + pose) d’une cuve enterrée en béton comptez, entre 5000€ et 8000€ pour 4000 litres à 10 000 litres.
  • Pour l’installation (achat + pose) d’une cuve enterrée en polyéthylène, comptez entre 3000€ et 8000€ pour 2000 à 10 000 litres.
  • Pour une citerne souple autoportante en PVC, comptez entre 150€ et 3000€ pour 500 à 10 000 litres.

 

On peut bénéficier d’un crédit d’impôt de 15% pour les dépenses d’équipements* fournis et installés par un professionnel. Ce montant ne peut excéder 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple, plafond majoré de 400 € par personne à charge.
Pour un usage domestique de l’eau, le système doit comporter une pompe ou un surpresseur d’une puissance inférieure à 1 kW, un réservoir d’appoint, un marquage des canalisations et un compteur d’eau. On peut aussi profiter d’un taux de TVA à 7 % si la maison est achevée depuis plus de deux ans. Et de diverses subventions des collectivités territoriales (communes, départements, régions…).
En effet, certaines mairies encouragent ce type d’investissement par une exonération totale ou partielle de la taxe pluviale communale.

 

Quelles économies espérer ?

 

Avec une consommation moyenne de 150 litres par jour et par personne, et 1 m3 d’eau à 3,70 € en moyenne, le budget d’une famille de quatre personnes dépasse les 800 €/an. En utilisant une cuve de récupération d’eau, on peut espérer satisfaire ces besoins à hauteur de près de 44% (remplir les chasses d’eau, laver le linge, la voiture, les sols, arroser le jardin), soit 350€/an, une économie non négligeable ! (Source Ifep).

 

ET POUR ÉCONOMISER L’EAU À LA MAISON VOICI NOS TRUCS ET ASTUCES.

 

Aurélie Smirnoff

Passionnée de communication digitale et d’art, j’aime mettre à profit mes voyages pour découvrir les tendances déco et mes expériences au service de la rédaction web.

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.