Top
Crédit immobilier : zoom sur le taux d’endettement - simplement•maison
fade
4779
post-template-default,single,single-post,postid-4779,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
taux endettement CREDIT IMMOBILIER

Crédit immobilier : zoom sur le taux d’endettement

Lorsque l’on parle de crédit immobilier, on pense évidemment à son remboursement.
Comment évaluer sa capacité d’emprunt mais surtout sa capacité à rembourser chaque mois son crédit ? On en parle aujourd’hui !

 
 

Un point sur les mensualités

« Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager ». Cette mention légale obligatoire indiquée sur toutes les publicités relatives à un crédit immobilier est en effet d’une importance capitale. Elle est le fondement du contrat qui lie chaque emprunteur avec son organisme de crédit.
 
Les mensualités sont mécaniquement influencées par 4 piliers :
 
• Le montant du capital emprunté,
• Le taux du crédit,
• Le coût de l’assurance de prêt,
• La durée de l’emprunt.
 
Nous avons déjà abordé ces différents points sur Simplement•Maison dans notre rubrique immo et donné de nombreuses pistes pour réduire le montant de ses mensualités.
 

En effet, le montant des mensualités devra s’inscrire dans la limite de vos capacités de remboursement et respecter un taux d’endettement qui vous permet d’honorer votre crédit immobilier.


 
 

Qu’est-ce que le taux d’endettement ?

Pour répondre à cette question, nous avons demandé à Jean Cerda du cabinet Avicap de nous parler de son impact sur l’obtention d’un crédit immobilier :
 
« On parle très souvent de « taux d’endettement maximum » exigé par les banques lors de la souscription à un prêt immobilier. Le fait est que cette règle ne s’appuie sur aucune règlementation à proprement parler. Les organismes prêteurs estiment qu’au-delà de 33%, en moyenne, vous risquez de rencontrer des difficultés pour rembourser votre crédit. ».
 
La formule pour calculer son taux d’endettement est la suivante :

Vos crédits / vos revenus X 100 = votre taux d’endettement

 
Par exemple, vous touchez un salaire net de 2.000€ et remboursez un crédit à la consommation 300€/mois.

300 / 2000 X 100 = Votre taux d’endettement est de 15%

 
 

Publicité


 
 

Quid du reste à charge ?

Dans les faits, cette règle des 33% n’est pas suivie à la lettre et les banques vont chercher à affiner votre profil emprunteur. On va alors utiliser une autre méthode de calcul : le reste à vivre.
 
« Calculer le reste à vivre est plus contraignant mais donne une vision plus juste de la capacité de remboursement des foyers. On va évaluer ce qu’il vous reste pour vous manger, vous déplacer ou vous chauffer une fois votre mensualité réglée » précise Jean Cerda.
 
La formule pour calculer son reste à charge est la suivante :

Vos revenus nets – votre mensualité de prêt immobilier = votre reste à vivre

 
Par exemple, vous touchez un salaire net de 2.000€ et vous n’avez pas d’autre crédit en cours.
 
Si vous atteignez le plafond de 33% d’endettement, votre mensualité pour un crédit immobilier sera de 660€.

2000 – 660 = Votre reste à vivre est de 1340€

 
À ce stade, c’est la composition de la famille qui déterminera si ce reste à vivre est suffisant.
 

En effet, on considère que le reste à vivre doit être proportionnel au nombre de personne composant le foyer.


 
«Lorsqu’elle étudie un dossier de crédit immobilier, chaque banque dispose de son barème propre en termes de reste à vivre en fonction de la composition des foyers. De plus, comme il y a des disparités du point de vue du coût de la vie, la situation géographique de l’emprunteur comptera. Par exemple, le reste à vivre d’un foyer parisien devra être supérieur à celui d’un foyer similaire vivant à Agen.» selon Jean Cerda.
 
 

Quelques précisions

Il s’agit là de formules simples et de situations classiques. En effet, dans le cadre d’un investissement locatif par exemple, ces formules de calcul et notamment celle du reste à vivre seront différentes.

Notre meilleur conseil : faire appel à un courtier qui saura vous aiguiller en fonction de votre projet !

 

Hélène BEL

Je suis une touche à tout avec comme terrains favoris le social media, la décoration et la rédaction web. J'assure la direction éditoriale et la gestion des partenariats pour Simplement•Maison.

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.