Top
Top 5 des bonnes raisons de faire appel à un courtier en crédit immobilier - simplement•maison
fade
4950
post-template-default,single,single-post,postid-4950,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive
courtier

Top 5 des bonnes raisons de faire appel à un courtier en crédit immobilier

Le courtier en crédit immobilier est l’intermédiaire entre l’emprunteur et la banque. Aujourd’hui, les taux sont bas, la possibilité de changer d’assurance de prêt élargie…

 

Est-ce vraiment utile dans ces conditions de faire appel à un courtier en crédit immobilier ? Même si évidemment vous pourriez vous en passer, nous voyons 5 bonnes raisons de vous conseiller d’en contacter un… Et nous vous offrons même un conseil bonus !
 
 

#1 Connaitre précisément son enveloppe grâce au courtier

Le courtier est en effet un interlocuteur privilégié pour vous aider à calculer votre enveloppe que vous soyez en CDI ou en CDD. Il connait les exigences des banques en la matière, calculera votre reste à vivre, votre taux d’endettement et pourra faire le point avec vous sur votre projet immobilier.
 
En effet, le courtier en crédit immobilier peut également vous aider à prioriser vos critères pour choisir le bien qui vous répondra à toutes vos attentes. Par exemple :
 
• Un bien neuf ou ancien ?
 
• Pour votre résidence principale ou pour investir dans le locatif ?
 
• Avec ou sans travaux ?
 
• Etc.
 
Une fois cette enveloppe calculée et votre projet précisé, vous pourrez chercher sereinement le bien idéal.
 
 

Faire calculer votre enveloppe par un courtier vous permet de gagner du temps – © Avicap


 
 

#2 Bénéficier de sa large connaissance des dispositifs

Vous avez certainement entendu parler des dispositifs tels que le Pinel ou le PTZ. Mais vous le savez, ce type d’aides à l’investissement sont régulièrement remises sur la table de travail et les conditions d’entrée évoluent régulièrement.
 
Par ailleurs, il est important de comprendre dans son intégralité à quoi vous vous engagez dans ce cas. Prenons l’exemple de la loi Pinel, si vous pouvez trouver assez facilement des informations sur les conditions à rassembler pour y prétendre, savez-vous par exemple comment choisir votre engagement de départ ou quelles sont vos possibilités à l’issue de votre engagement Pinel ?
 
Seul le courtier saura vous guider de façon objective et professionnelle !
 
 

#3 Justement parce que les taux sont bas, le courtier est indispensable

Si cette 3ème bonne raison de faire appel à un courtier vous surprend, l’explication est pourtant simple : les taux particulièrement bas de ces derniers mois ont suscité des vagues de rachats de crédit immobilier d’une part et de nouvelles demandes de prêt immobilier d’autre part.
 
Et donc, autant de dossiers de crédit immobilier à étudier pour les banques ! Devant l’afflux des demandes, l’intérêt du courtier est double :
 
• Votre enveloppe étant calculée au plus juste et votre dossier bien ficelé sur les conseils de votre courtier, son étude sera d’autant plus rapide et susceptible de connaitre une issue favorable dès la première présentation ;
 
• Le courtier est un interlocuteur privilégié des organismes bancaires et les banques étudieront votre dossier plus rapidement que ceux des particuliers isolés.

 

 

#4 Mettre sa banque en concurrence avec les autres

Le courtier en crédit immobilier va non seulement vous aider à monter un dossier solide et intéressant sur le plan financier puisque vous aurez une vision claire des dispositifs auxquels vous pouvez prétendre, comme nous venons de le voir. Mais il va également vous être d’un grand secours car il va se charger de comparer toutes les offres des organismes prêteurs !
 
Sans lui, vous pouvez évidemment comparer seul.e les offres bancaires, mais vous allez y passer beaucoup de temps et n’aurez pas forcément accès à certains rendez-vous, car les banques, nous vous le rappelons, sont très sollicitées en ce moment. Par ailleurs, si vous avez déjà signé un compromis, le temps vous est compté…
 
 

immobilier neuf en loi Pinel
 
 

#5 Le courtier prendra en compte le coût de l’assurance de prêt

Il sera force de négociation auprès de la banque qui vous accordera un prêt mais saura également comparer les autres possibilités en un temps record. Encore une fois, vous pouvez prendre en charge cette mise en concurrence des assurances de prêt. Mais cela vous prendra beaucoup de temps :
 
• comparer,
 
• s’assurer de trouver une assurance de prêt disposant d’une couverture équivalente à celle de l’organisme qui vous octroie le prêt immobilier,
 
• souscrire ce nouveau contrat,
 
• …et résilier l’ancien dans les délais légaux.
 
 

Combien coûte un courtier ?

C’est notre petit conseil bonus promis au début de cet article ! Faire appel à un courtier, OK, mais combien ça coûte ?
 
Avant de répondre plus précisément, il est important de rappeler que les courtiers en crédit immobilier sont rémunérés par leurs partenaires bancaires. Cette commission est généralement d’1% du montant total du prêt.
 
Ensuite, le courtier choisit de facturer à son client des frais de courtage ou se contente de la rémunération de la banque comme c’est le cas pour Avicap par exemple.
 
Certains services annexes (comme la renégociation de prêt ou d’assurance de prêt) peuvent eux faire l’objet d’une rémunération.
 
Le montant des frais de courtage dépendent de chaque enseigne et peuvent se situer entre 500€ et 1.200€ pour ceux qui proposent des forfaits (ce qui est une fourchette assez large, nous vous l’accordons). Certains courtiers facturent un pourcentage du montant du prêt accordé. Dans ce cas, la rémunération que le courtier vous demandera représentera environ 1% du prêt (soit l’équivalent de la commission versée également par la banque).
 
 

Dans tous les cas, la loi est claire : 

« Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent. L’emprunteur dispose d’un délai de réflexion de dix jours. La vente est subordonnée à l’obtention du prêt et, si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit lui rembourser les sommes versées. »  (article L321-2 du Code de la Consommation).

Hélène BEL

Je suis une touche à tout avec comme terrains favoris le social media, la décoration et la rédaction web. J'assure la direction éditoriale et la gestion des partenariats pour Simplement•Maison.

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.